L’aventure continue, toujours plus belle

Il y a quelques douze mois maintenant, quand a commencé mon aventure avec Mondoblog, j’étais loin de m’imaginer combien belle elle sera. L’annonce de la sélection faite, il fallait créer son blog. Le plus important, c’était le choix du nom du blog et de son adresse. Pour le nom, j’ai pensé à des noms basiques ou encore des noms beaucoup plus sérieux. En faisant un tour sur la plateforme de Mondoblog, j’ai vu que ceux qui étaient n’ont pas taris d’imagination. Que faut-il dire pour sortir de la masse ? Je ne voulais pas un nom avec une connotation « Bénin » ou « Afrique ». Je ne voulais pas parlé que de l’Afrique. Je voulais dire mes émotions, mes étonnements de tous les jours. En quelque sorte, donner Les news de mon coin. Cette phrase, qui s’est imposée à mon moi me paraissait un peu longue pour être un nom. Cela dit, je me suis arrêté là et j’ai décidé d’appeler mon blog ainsi. La réflexion fut plus courte pour l’adresse, même si elle n’a pas été sans hésitation. Faire de mon patronyme Tessy une composante de mon adresse, était pour moi quelque chose de court et naturelle. Et de là, les bonnes choses ont commencé.

Une autre Alexandrie, l’alpha
Alexandrie en Egypte ! J’ai découvert en septembre 2013, une ville et un pays splendide (avec mes yeux de béninois bien sûr). En pleine révolution pourtant. Les médias n’en disent que d’étonnantes choses et même pour y aller, il faut réfléchir par mille fois. Mais loin des caméras, le pays vit, hormis quelques cas de violences déplorables. Ce premier billet, relayé notamment sur la page d’accueil de Mondoblog, m’a montré la force des mots et combien il est important de donner des nouvelles de proximité. Des nouvelles qui apaisent les parents, frères, amis, soucieux de nos vies sur ces terres préjugées d’insécurité. Et pourtant on y vit parfois mieux que chez soi.

Une plume, des milliers d’yeux
Dans cette aventure, parfois, je me suis demandé où vais-je et quel est le sens de mes mots ? Puis, chemin faisant, je me suis rendu compte qu’il s’agit avant tout d’une expérience humaine. Du bonheur à retranscrire et illustrer son quotidien, ses émotions, ses surprises. Et il y a des milliers autres qui se retrouvent à travers ces billets, qui ont vécu ou vivent ces mêmes histoires ici ou ailleurs. C’est un bonheur de savoir que les mots que j’utilise, ne leur sont pas tout à fait étrangers. Un merci du fond du cœur à tous ces lecteurs, amis et simples curieux qui n’hésitent pas d’un clic à se retrouver sur mes pages. Il y a eu dans mes nuits d’inspiration de la réflexion pour dire à tout le monde, ce que je pense tout bas. Il y a eu aussi de l’autocensure parce que toute vérité n’est pas bonne à dire, surtout quand on est « étranger » dans un pays et considéré comme tel. Autour d’une table, quand il m’arrive de raconter mes billets « manqués », c’est à pouffer de rire. Mes interlocuteurs me demandent souvent, « pourquoi tu ne l’écris pas sur ton blog ? ». Par exemple, je n’aurais aucun mal à raconter les déboires de certaines émissions de télévision au Bénin. Mais, de là où je suis, il y a certaines critiques qui doivent mourir au tréfonds de son âme. On voit plus qu’on en dit. Question de survie ! C’est là que j’ai compris le sens d’être blogueur.

Et quid de cette famille ?
J’ai rencontré Sinath, une collègue béninoise de Mondoblog pour la première fois à une formation où nous avions discuté comme de vieux amis. C’est vrai, elle aime ça. J’avais déjà pris l’habitude de lire ses billets sur Mondoblog, où elle se déchaîne comme un beau diable. Ces événements qu’elle organisait au Bénin sur le blogging m’inspiraient beaucoup. C’est une vraie passionnée. J’avais de belles références sur la famille Mondoblog et l’équipe de RFI qui coordonne la plateforme. Elle parlait de ce petit monde avec beaucoup de tendresse. C’est comme ça que j’ai tenté aussi l’aventure. De billets en billets, j’ai connu cette famille. Depuis, elle s’est agrandie, avec des amis des quatre coins du monde. Aussi, des gens à qui j’ai parlé du concept y sont venus. Des gens qu’on meurt d’envie de rencontrer un jour, pour partager l’accent du français parlé au-delà de l’ambiance de l’écrit. Je n’étais pas au rendez-vous d’Abidjan pour la formation annuelle des Mondoblogeurs. Mais par le hasard des choses, Paris a permis de rencontrer l’équipe de Mondoblog et quelques amis et lecteurs de la plateforme. La vie est belle ainsi !

The following two tabs change content below.
Djossè TESSY
Béninois, écrivant à mes heures perdues
Djossè TESSY

Derniers articles parDjossè TESSY (voir tous)

4 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *