(Re)vivre

On ne peut imaginer,

Les remords de nos morts,

Les mots qui décrivent leurs maux,

Dans la solitude de ce gouffre noir et coi,

Plus bas que notre planché,

Loin de l’abîme de cette vie,

Des combats qui ont fait battre leurs cœurs,

Qui ont donné un goût poivré à leurs joies,

En tirant à hue et à dia leurs émotions,

En mettant dans leur foi, leurs espoirs.

Notre souffle a une mission,

Qui peut échapper à notre vision,

Pendant ces instants de doute,

Où on ploie sous le poids,

Des regards d’ailleurs qui encombrent,

Qui embrassent et embrasent nos pensées,

Mouillent notre vie lâche et lassante,

Déjà perdue  entre les jambes de nos peurs,

Et notre sujet devient celui des babils envieux,

Comme s’il s’agit d’une fille de joie.

 

L’ombre qui plane sur nos rêves,

Vient de la verve de ces rêves,

Qui pacsent notre esprit et notre corps

Avec le poison de l’amour des hommes.

La mission de notre souffle,

C’est dans le coffre-fort de notre personne,

Et puisqu’elle est unique,

Il faut la vivre ou la revivre,

Dans la gaieté de ses mésaventures,

Comme dans le souci de ses victoires.

 

On ne peut mieux faire,

Que baiser sa vie, même ankylosée,

Que jouir dans le bruit,

Quand on est dans l’extase,

Dans la turpitude de notre attitude,

Ou même dans l’enfer de nos regrets,

Toujours jouir de la fantaisie de nos envies,

Comme dans l’appétit de nos plaisirs,

Parce que nos délires nous délivrent,

De la peur de nos erreurs.

The following two tabs change content below.
Djossè TESSY
Béninois, écrivant à mes heures perdues
Djossè TESSY

Derniers articles parDjossè TESSY (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.